Sortie du 10 février 2022 : Parc bordelais et serres de Mérignac

Autre sortie peu ordinaire mais qui nous a permis de nous retrouver en cette période où la nature se réveille à peine. Nous avions rendez-vous au Parc bordelais et avons été surpris par la richesse de sa flore.

Les Helleborus argutifolius (hellébore de Corse) débutaient leur floraison.

Nous avons admiré les magnifiques buissons de Nandina domestica et la belle floraison du Cyclamen coum, cyclamen de Cos ou du Caucase, aux feuilles rondes ou réniformes, avec ou sans marbrures blanches.

Nous nous sommes arrêtés longuement devant les Firmania simplex ou Parasol chinois et leur curieuse fructification, capsule déhiscente ovoïde formée de valves duveteuses contenant des graines brunâtres.
Son bois dur et léger, connu pour ses qualités acoustiques exceptionnelles, est utilisé pour la fabrication de la caisse de résonance de plusieurs instruments de musique chinois.

Nous nous sommes ensuite intéressés au Taxodium mucronatum, cyprès de marais mexicain, connu également sous le nom de « cyprès de Montézuma ». Le Mexique l’a choisi comme arbre national pour sa splendeur, sa beauté, sa longévité, ses dimensions colossales. C’est "l’Arbol de Tule" qui pousse au Mexique près de l’église Santa María del Tule considéré comme l’arbre le plus gros du monde.
Son bois tendre et fragile, n'est pas utilisé pour la construction. Contrairement au cyprès chauve (Taxodium distichum), le cyprès de marais mexicain ne possède pas de pneumatophores.

L’après-midi nous nous sommes rendus aux serres de Mérignac où est conservée la collection nationale de cactus et succulentes constituée, dès 1987, par Monsieur Francis Bugaret.
Cette collection de cactus a été plusieurs fois labélisée et est continuellement enrichie. Certains cactus présents sont en voie de disparition.
Au décès de Monsieur Bugaret la ville de Mérignac a décidé de poursuivre son œuvre. Nous avons été très bien reçus par la personne en charge de cette collection.

Nous n’avons malheureusement pas retenu  les noms de tous les cactus que nous avons vus. Mais nous avons été très intrigués par la sorte de chapeau que portaient certains d’entre eux . Il s’agit d’un « céphalium »
Au bout de d'une quinzaine d'années, chez les Melocactus, un céphalium rougeâtre se forme au sommet de la plante. IL va croitre lentement (1cm maximum par an). Il est constitué d'un amas de laine et de soies brunes et peut atteindre 1m de haut si le cactus sépanouit dans son environnement naturel. Dès son apparition, la croissance du corps sphérique du cactus s'arrête. Des fleurs roses diurnes, de 1 à 2 cm de diamètre, se développent sur ce céphalium, en été. Par la suite, des fruits arrondis se forment contenant des graines noires luisantes.

Une autre curiosité a attiré notre attention : le Myrtillocactus geometrizans. Il est un des cactus cierges les plus représentés en jardineries. Originaire du Sud et du centre du Mexique, il forme de véritables forêts. Son nom fait allusion à sa fructification : "les garambullos", ressemblant à des myrtilles, ils sont consommés frais dans leur pays d'origine.
La plante érigée et ramifiée peut atteindre une hauteur de 6 mètres dans son habitat naturel. Au printemps, des fleurs blanches diurnes de 3 cm de diamètre, naissent  des aréoles, (nombreuses petites excroissances de la plante à partir desquelles partent en faisceau les épines, les poils laineux, les feuilles.......). Elles sont suivies de fruits ronds, violet foncé, comestibles.