Sortie du 27 Juillet 2023 : Hibiscus palustris et Pancratium maritimum

Nous avions rendez-vous sur le parking de St-Girons-Plage, sur la commune de Vielle-St-Girons, à 10 h précises. André Cabanne et Alfonso Rodriguez nous guidaient. Nous nous trouvons dans le Marensin, sur des dunes blanches. Nous allons herboriser tout d’abord sur la dune à St-Girons-plage puis au pied de la dune le long du courant d’Huchet au niveau de l’embouchure de ce courant. L’après-midi sera consacré à une balade en barque, sur ce courant d’Huchet, depuis le pont de Pichelèbe, d’abord vers le barrage de la Nasse (proche de l’étang de Léon), puis vers le barrage de la Pipe proche de l’embouchure du courant. La totalité de cette balade se fera dans la réserve naturelle nationale du courant d’Huchet.

Nous partons donc sur la dune au niveau de St Girons-Plage. Nous découvrons :

  • Cakile maritima Scop. (cakilier maritime, roquette de mer) : brassicacées. Feuilles charnues sinuées-dentées à lobes inégaux. Fleurs odorantes à 4 pétales blancs à lilas.
  • Silene uniflora subsp. thorei (Dufour) Jalas (Silène de Thore) : caryophyllacées. Ce taxon est classé dans la liste rouge dans la catégorie : LC - Préoccupation mineure. Feuilles opposées courtes ovales-aiguës, charnues, glauques.
  • Chenopodium album L. (Ansérine blanche, chénopode blanc) : amaranthacées. Feuilles blanches, farineuses en dessous
  • Pancratium maritimum L. (Lys de mer) : amaryllidacées. Taxon classé dans la liste rouge dans la catégorie : LC Préoccupation mineure. Feuilles allongées, plus ou moins en spirale, grandes fleurs odorantes, blanches, en ombelle, à 6 tépales étroits.
  • Œnothera longiflora L. (onagre à longues fleurs) : onagracées. Taxon classé dans la liste rouge mais sans suivi de l’espèce car cette plante n’est pas indigène : elle est originaire d’Amérique du Sud. Se reconnaît par la couleur rose orangée de ses fleurs fanées.
  • Xanthium strumarium L. (lampourde, glouteron, herbe aux écrouelles) : astéracées. Fruits nus au sommet, hérissés d’épines coniques, moins longues que le diamètre du fruit, droites, crochues au sommet.
  • Polygonum maritimum L. (renouée maritime) : polygonacées. Feuilles glauques, coriaces, gaines scarieuses, petites fleurs axillaires, blanches ou rosées.
  • Helichrysum stoechas (L.) Moench (immortelle des dunes) : astéracées. Fleurs en capitules, odorantes, feuilles linéaires, cendrées.
  • Eryngium maritimum L. (chardon bleu des dunes, panicaut de mer) : apiacées. Feuilles bleuâtres à 3 lobes épineux, coriaces. Petites fleurs bleues, involucre de 5-7 bractées épineuses.
  • Convolvulus soldanella L. = Calystegia soldanella (L.) Roem. & Schult. (liseron de mer, liseron des sables) : convolvulacées. Plante prostrée, feuilles petites réniformes épaisses, à long pétiole, fleurs à corolle rose panachée, en entonnoir.
  • Ammophila arenaria (L.) Link (oyat, gourbet) : poacées. Feuilles vert-blanchâtre, enroulées raides, ligule très longue. Longue inflorescence blanc-jaunâtre fusiforme.
  • Euphorbia paralias L. (euphorbe des dunes, euphorbe maritime) : euphorbiacées. Tige dressée, à base ligneuse, feuilles glauques, plus ou moins dressées, serrées. Nectaires en croissant
  • Leontodon saxatilis Lam. (liondent des rochers) : astéracées. Terres sablonneuses. Tige nue, feuilles dentées grossièrement, velues.
  • Linaria thymifolia DC. (linaire à feuilles de thym) : plantaginacées. Classée en liste rouge. Linaire endémique du littoral Sud-ouest de la France. Pelouses sableuses et dunes littorales. Fleurs jaunes en petites grappes terminales. Feuilles charnues, verticillées, glauques.
  • Cynodon dactylon (L.) Pers. (cynodon pied de poule, chiendent pied de poule) : poacées. Inflorescence dressée à 4 ou 5 épis fins, plus ou moins violacés.
  • Carpobrotus edulis (L.) N.E.Br. (griffe de sorcière) : aizoacées. Plante introduite en provenance d’Afrique du Sud. Utilisée pour fixer la dune mais posant problème car plus ou moins invasive.
  • Corynephorus canescens (L.) P. Beauv.(canche banchâtre) : poacées. Plante en touffe, feuilles glauques, plus ou moins argentées. Panicule longue, étroite, lancéolée-oblongue, blanchâtre ou violacée, à rameaux courts. Lieux sablonneux.
  • Vulpia fasciculata (Forssk.) Fritsch (vulpie des dunes) : poacées.
  • Carex arenaria L. (laîche des sables) : cypéracées. Rhizome longuement traçant ce qui explique l’alignement des plants de carex, tige feuillée à la base. Inflorescence roussâtre allongée.
  • Hieracium eriophorum St.-Amans (épervière à poils blancs, épervière des dunes) : astéracées. Feuilles très nombreuses, presque imbriquées, sessiles, ovales ou lancéolées-oblongues, couvertes de poils blancs que l’involucre. Fleurs en corymbe à ligules jaunes.

Pour cette dernière plante nous avons dû chercher assez longuement car il n’y avait que 2 pieds, juste en début de pousse (quelques feuilles se voyaient mais pas de fleurs).

Nous sommes partis vers la deuxième station située près de l’embouchure du courant d’Huchet. Arrivés au parking nous avons pu tous nous garer malgré l’affluence !

Nous avons d’abord suivi le chemin vers la plage puis nous avons pris un sentier en arrière dune avant de bifurquer vers la plage et la rive gauche du courant d’Huchet. Sur le chemin de la plage et sur le sentier en arrière dune, nous avons trouvé :

  • Quercus suber L. (chêne liège) : fagacées. Il n’est quasiment plus en exploitation dans notre région.
  • Arbutus unedo L. (arbousier) : éricacées. Les fleurs apparaissent aux mois de septembre-octobre alors que les fruits sont en train de mûrir.
  • Quercus robur L. (chêne pédonculé) : fagacées. Se reconnaît au long pédoncule de ses fruits.
  • Cistus salviifolius L. (ciste à feuilles de sauge) : cistacées. Petites feuilles ovales, opposées, gaufrées.
  • Erica cinerea L. (bruyère cendrée) : éricacées. Feuilles linéaires-étroites, verticillées par 3, marquées d'un sillon en dessous, avec des fascicules de feuilles à l’aisselle de ces verticilles. Feuilles glabres.
  • Ilex aquifolium L. (houx) : aquifoliacées.
  • Crataegus monogyna Jacq. (aubépine) : rosacées.
  • Lagurus ovatus L. (queue de lièvre) : poacées. Panicule ovale, très dense, barbue soyeuse, blanc crème.
  • Diplotaxis erucoides (L.) DC.(fausse roquette) : brassicacées.
  • Solanum chenopodioides Lam. (morelle faux chénopode) : solanacées. Tige veloutée à base ligneuse.
  • Tetragonia tetragonioides (Pall.) Kuntze (épinard de Nouvelle Zélande) : aizoacées. Feuilles persistantes soit en forme de losange soit hastées (en fer de lance), épaisses, charnues.
  • Polygonum maritimum L. (renouée maritime) : polygonacées.
  • Phillyrea angustifolia L. (filaire à feuilles étroites, alavert) : oleacées. Feuilles étroites, linéaires-lancéolées, ou lancéolées-aiguës, entières, avec une étroite bordure transparente, très brièvement pétiolées, à une nervure dorsale saillante.
  • Oenothera sp : onagracées
  • Plantago maritima L. (plantain maritime) : plantaginacées
  • Ulex europaeus L. (ajonc d’Europe) : fabacées
  • Asparagus officinalis L. (asperge officinale) : asparagacées.

Le long de la rive gauche du courant d’Huchet, à la base de la dune, nous avons vu :

  • Tetragonia sp. : aizoacées
  • Achillea maritima (L.) Ehrend.& Y.P. Guo = Diotis maritima (L.) Desf. = Otanthus maritimus (L.) Hoffmanns & Link. (diotis maritime, santoline-cyprès, othanthe maritime) : astéracées. Plante blanche laineuse, feuilles épaisses spatulées sessiles. Capitules globuleux peu nombreux en têtes terminales, fleurons jaunes.
  • Atriplex hastata Boucher ex DC. (arroche hastée, arroche couchée) : amaranthacées. Feuilles alternes ou opposées, les caulinaires larges, hastées et tronquées à la base, pétiole égalant souvent la moitié du limbe.
  • Hibiscus palustris L. (Hibiscus des marais) : malvacées. Plante exotique originaire des Etats-Unis (sud-est des EU mais se trouve jusqu’en Ontario). Belles fleurs roses.
  • Althaea officinalis L. (guimauve) : malvacées. Plante vivace, blanchâtre veloutée.
  • Scirpoides holoschoenus (L.) Soják = Scirpus holochoenus L. (scirpe-jonc de Montpellier) : cypéracées.
  • Juncus maritimus Lam. (jonc maritime) : cypéracées.
  • Euphorbia peplis L. (euphorbe péplis) : euphorbiacées. Prostrée à tiges rougeâtres, feuilles charnues glauques, opposées, plus ou moins échancrées, auriculées. Nectaires rougeâtres.
  • Stenotaphrum secundatum (Walter) Kuntze (herbe de Saint Augustin, faux kikuyu) : poacées. Plante gazonnante robuste à long rhizome, feuilles courtes obtuses. Inflorescence unilatérale étroite, dressée et arquée, épillets presque sessiles.
  • Euphorbia polygonifolia L. (euphorbe à feuilles de renouée) : euphorbiacées. Plante annuelle, glabre à tige grêle, couchée et à petites feuilles opposées pétiolulées.
  • Myriophyllum aquaticum (Vell.) Verdc. (myriophylle du Brésil) : Haloragacées. Cette plante se trouvait dans une zone régulièrement recouverte par l’eau du courant. Elle est très envahissante !
  • Convolvulus sepium L. (campanette, liseron des haies, manchette de Notre-Dame) : convolvulacées. Les feuilles de ce convolvulus sont plutôt lancéolées alors que celles du C. soldanella sont réniformes.

Après cette dernière plante, nous sommes partis en direction du parking afin de pique-niquer. Le pique-nique avalé, nous nous dirigeons vers le pont de Pichelèbe. A 14 h 15 nous nous embarquons dans les deux barques que nous avons réservées et vogue la galère. Notre batelier est fort sympathique et nous donne quelques renseignements sur ce courant et, en retour, nous le renseignons sur quelques plantes que nous croisons au fil de l’eau

Le courant d'Huchet (du gascon uishet : « exutoire ») est un fleuve côtier, de 10 km environ. Il est l'exutoire de l'étang de Léon et se jette dans l'océan Atlantique au niveau de la commune de Moliets-et-Maâ. La réserve naturelle nationale du Courant d'Huchet a été créée en 1981 sur une superficie de 617,942 ha. Faune et flore sont particulièrement intéressantes (population de visons d'Europe, de blongios nains, de cyprès chauve, d’hibiscus des marais etc).

Nous partons tout d’abord vers l’amont, direction barrage de la Nasse. Nous pénétrons dans une forêt galerie où nous voyons :

  • Taxodium distichum (L.) Rich. (cyprès chauve) : cupressacées. Cet ensemble d’arbres se trouve le long du courant d’Huchet. Toute une série de pneumatophores se dressent autour de ces arbres originaires de Louisiane. Ces pneumatophores ont une structure aux tissus spongieux transmettant l'oxygène au reste des racines.
  • Carex paniculata L. (laîche paniculée) : cypéracées.
  • Osmunda regalis L. (osmonde royale) : osmondacées. Superbe fougère sur un touradon (formation composée de plantes repoussant sur les anciennes racines et feuilles mortes en décomposition).
  • Viburnum opulus L. (viorne obier, boule-de-neige) : Adoxacées. Nous n’avons vu que les fruits d’un rouge vif.
  • Lonicera periclymenum L. (chévrefeuille des bois) : caprifoliacées. En fleurs et en fruits.
  • Ilex aquifolium L. (houx) : aquifoliacées.
  • Alnus glutinosa (L.) Gaertn. (aulne glutineux, vergne) : bétulacées. Nous avons pu observer des réitérations sur l’un des aulnes.
  • Myosotis scorpioides L. = Myosotis palustris Roth. (myosotis des marais) : boraginacées.
  • Polypodium vulgare L. : polypodiacées. Bien qu’elle se trouve souvent sur des troncs, cette fougère n’est absolument pas un parasite.

Nous sommes revenus vers le pont de Pichelèbe et sommes partis vers l’aval et le cordon dunaire. Très vite nous quittons la forêt galerie et passons en plein soleil, vers le barrage de la Pipe. Nous avons trouvé :

  • Myriophyllum aquaticum (Vell.) Verdc. (myriophylle du Brésil) : Haloragacées. Il commence à occuper une grande partie du courant !
  • Ludwigia peploides subsp. montevidensis (Spreng.) P.H. Raven (jussie) : onagracées. Plante envahissante à belles fleurs jaunes occupant surtout le marais de la Pipe mais débordant aussi sur les rives du courant et dans les zones calmes.
  • Nuphar lutea (L.) Sm. (nénuphar jaune) : il couvrait 2 zones assez étendues.
  • Hibiscus palustris L. (Hibiscus des marais) : malvacées. Nous avons croisé plusieurs buissons.
  • Phragmites australis (Cav.) Trin. ex Steud. (roseau commun).

Arrivés près du barrage de la Pipe nous avons fait demi-tour car il était impossible de franchir ce barrage en barque et nous ne pouvions pas non plus débarquer !

En conclusion : belle balade agréable et rafraîchissante par cette journée plutôt ensoleillée et chaude.